L’espoir

Facebooktwittergoogle_plus

Semaine de misère avec l’affaire Weinstein et ses répercussions à l’échelle mondiale. Naufrage spectaculaire de cette classe répugnante d’individus qui se croient tout permis du seul fait qu’ils soient des hommes, des hommes sans scrupules bien assis au sommet de leur gloire et de leur empire. Du coup, déprimante récupération par la droite politique américaine qui clame à qui veut l’entendre que Weinstein est un important contributeur du Parti démocrate. Comme si ceci justifiait cela. Comme si la criminalité avait un sens, un drapeau, un parti ou un pays.

Puis il y a tout le boucan fait sur les médias sociaux par les gens de la droite alternative. Bien sûr que je devrais m’abstenir de lire ces trucs idiots, mais c’est plus fort que moi : je cherche à comprendre ce qui les motive; je cherche à comprendre pourquoi ces gens si peu férus d’histoire, si peu ouverts au monde, si intolérants, si négatifs face à tout forme de filet social pour les plus démunis, à toute contestation de l’ordre établi, à toute autre religion, langue et couleur de peau, sont aussi fiers de claironner sur la place publique leur profonde vacuité intellectuelle. J’avoue que je n’ai pas trouvé de réponse pour le moment; je dois donc continuer à me taper ces sonnettes et poursuivre ma quête de vérité.

N’empêche qu’il y a des moments où la déprime prend le dessus. Comme d’entendre, par exemple, tous ces gens qui cherchent à diaboliser les réfugiés, et les musulmans en général, à les faire passer pour des violeurs et des gens qui ne cherchent partout qu’à imposer la charia comme système de justice. C’est un truc délirant quand même. Weinstein, il n’est pas musulman, à ce que je sache? Et les prêtres catholiques dans les années 50, ils faisaient quoi au juste dans les pensionnats? Ils pratiquaient la chasteté, l’abstinence et la vertu? Quoi, les catholiques ne sont pas des violeurs et n’essaient pas d’imposer leur charia avec leur système rétrograde de valeurs, en interdisant le mariage entre les gens de même sexe, l’homosexualité, l’avortement, etc.? Faudrait qu’on m’explique parce que je n’y comprends plus rien. Deux poids deux mesures? Ou racisme?

Mais voilà, je suis quand même imbu d’espoir. Imbu d’espoir parce que des femmes se lèvent, bravement, et dénoncent publiquement les Weinstein, Ailes et autres O’Reilly de ce monde pour ce qu’ils sont : des abuseurs et des violeurs. Des femmes qui parlent et des hommes qui rougissent de honte devant leurs enfants.

Imbu d’espoir aussi, justement, à cause des enfants. Nos enfants qui vivent l’ubérisation au quotidien, comprennent le réel danger derrière le réchauffement global, refusent le nationalisme et le salut au drapeau, remettent en question les frontières et ridiculisent les discours rétrogrades de ces « mon oncles » issus d’une autre époque.

Puis, autre signe d’espoir, il y a tous ces immigrants qui débarquent chez nous; ces gens souvent issus de régions dévastées, qui nous forcent à nous remettre en question et à montrer le meilleur de nous-mêmes. Alors il faut croire à ces jours meilleurs. Ça viendra sans doute dans l’après-trumpisme – mais bon, ça c’est une discussion pour plus tard. Mais ça viendra.

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.