Péril orange

Facebooktwittergoogle_plus

Il y a péril en la demeure. Donald Trump est cerné dans un coin et ce n’est qu’une question de temps avant que les murs ne se referment complètement sur lui. D’autant que la nouvelle mouture du Congrès à majorité démocrate va vouloir soulever en janvier toutes les pierres laissées intactes par les Républicains depuis deux ans. Il s’agit là, à mon avis, d’une situation potentiellement explosive et dangereuse car je ne peux m’imaginer qu’un type comme Trump va vouloir laisser les choses suivre leur cours. Soit qu’il démissionne pendant qu’il est encore temps; soit qu’il choisisse la fuite en avant en cassant tout sur son passage.

Mon avis c’est que la démission, un temps possible, est, à la lumière des récentes révélations découlant de l’inculpation de Michael Cohen et des aveux du président de l’empire médiatique AMI, désormais un pari risqué; car il perdrait alors toute immunité et risquerait de se trouver au banc des accusés, puis éventuellement inculpé, pour avoir contrevenu à la loi du financement électoral. Et l’on n’a pas abordé encore la question russe et les relations douteuses qu’entretient depuis longtemps la Trump Organization avec les oligarques russes et, possiblement, la mafia russe. Ce qui est quelque chose d’autrement plus incriminant, on s’entend.

Je ne suis pas devin et j’ai aucune idée précise sur ce qui risque vraiment de se passer. Ça ne m’intéresse pas non plus de commencer à supputer sur de possibles scénarios de destitution car il s’agit là d’un processus politique qui se ferait dans le cadre du respect de la constitution. Le problème est ailleurs. Au risque de passer pour un alarmiste, il faut selon moi voir Trump comme un chef de bande criminelle. Quelqu’un qui est arrivé au sommet d’une pyramide, désormais indétrônable, convaincu qu’il est de détenir tous les pouvoirs. Et ce pouvoir, il n’a aucune l’intention de le laisser filer entre ses doigts.  Qui plus est, Trump est adulé par un large groupe de partisans fanatiques, pour l’essentiel des hommes, blancs et armés, qui ont toujours voulu voir en Trump le sauveur improbable capable de renverser le cours normal des choses et leur permettre de retourner à une époque où l’Amérique était blanche et chrétienne. Pour eux, le “Make America Great Again” passe d’abord et avant tout par un utopique “Make America White Again”. Et ces gens ne sont pas prêts à laisser filer ce ridicule rêve. Trump est leur dernier espoir. Et Trump est un bâton de dynamite qui risque de tout faire sauter. Ce qui n’est nécessairement pas sans leur déplaire.

Imaginez ce que vous voulez. Moi j’imagine le pire. Car ce type n’a rien d’un démocrate. Ça fait longtemps que je le dis.

 

 

(Crédit photo: Alan Levine)

Facebooktwittergoogle_plus