The Danger of President Pence

Facebooktwittergoogle_plus

Illustration by Todd St. John – The New Yorker

Mike Pence répète à qui veut l’entendre qu’il est, dans l’ordre, un chrétien, un conservateur et un Républicain. Ce que l’on sait moins à son sujet c’est qu’il est, avant tout, l’homme des frères Koch,  ces milliardaires libertariens à la tête de Koch Industries, la deuxième plus importante entreprise privée en importance aux USA. Leur fortune combinée est évalué à 90 milliards de dollars et les deux frères supportent financièrement les candidats et les groupes de pression qui prônent l’abolition des taxes et de toute réglementation qui irait à l’encontre de leurs intérêts financiers. Les frères Koch ont d’ailleurs ont contribué pour plus de deux million de dollars à la campagne de Pence pour son élection au poste de gouverneur de l’Indiana en 2016.

Dans The Danger of President Pence qui paraît le 23 octobre dans le magazine The New Yorker, la journaliste Jane Mayer dévoile les liens entre Pence et les frères Koch et autres milliardaires du même acabit. On y apprend que 16 membres de l’administration Trump sont issus de la mouvance Koch dont, entre autres, Betsy Devos, la Secrétaire à l’Éducation, Mike Pompeo, le directeur de la CIA, Scott Pruitt, le directeur de l’Agence de la protection de l’environnement, et Don McGahn, le directeur du Contentieux à la Maison Blanche. La journaliste décrit comment Pence  a accédé au poste de président du comité de transition après l’élection, évinçant du même coup Chris Christie, ainsi que du rôle joué par Ivanka Trump, Jared Kushner et Eric Trump dans cette décision.

Mayer fait aussi état du fait que Pence est un zélote en mission, un être ambitieux qui rêve depuis très longtemps d’accéder à la présidence. À propos du droit des homosexuels, Trump aurait dit de lui qu’il valait mieux de ne pas parler de ce sujet devant Pence, car il voulait tous les pendre. Inquiétant.

Article à lire donc. Surtout si on jongle avec l’idée que Trump n’est probablement pas au pouvoir pour très longtemps. Mais ça c’est une autre histoire.

 

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.